Magaly Simeon

Best of Magaly Siméon « J’ai appris à prioriser et à ne pas me soumettre à toutes les injonctions »


Cette semaine, Vie au Carré (Vie²), le podcast qui interroge sur l’équilibre vie pro – vie perso, reçoit Magaly Siméon, fondatrice de Lily facilite la vie.

6/10, c’est la note que Magaly Siméon, 55 ans, se donne pour évaluer son équilibre entre sa vie personnelle et professionnelle. Pas terrible, confesse-t-elle, alors qu’elle a si souvent pensé ce sujet des équilibres…

Plus de responsabilités

Depuis qu’elle a crée sa propre entreprise, Lily facilite la vie, la conciliation entre famille et travail s’avère paradoxalement plus délicate pour elle. Certes, toute l’équipe vient de passer à 100 % en télétravail pour équilibrer au mieux ses temps de vie. Mais derrière la liberté exaltée de l’entreprenariat rôde le spectre de la responsabilité qui l’anime… et nécessite de s’investir beaucoup. Ce que ne manque pas de lui faire remarquer ses enfants !

Prioriser au mieux

Pourtant, Magaly avait bâti une une solide organisation quand elle était salariée : pas de networking pour pouvoir dîner en famille, chaque soir ou presque. Le maintien de son emploi au 4/5ème malgré sa fonction de dirigeante et de membre au sein du comité de direction. Pas d’implication dans les devoirs de ses enfants pour éviter les conflits… Un vrai exercice d’équilibriste! « Ce qui compte, c’est l’avenir de mes enfants. j’ai accepté beaucoup de « c’est pas grave » dans ma vie pour prioriser au mieux. Par exemple, on ne mange pas tous les jours équilibrés. Mes enfants petits avaient parfois des habits à raccommoder ou devaient aller chez le coiffeur et je trainais pour cela… Mais tout ça, au final, ce n’est pas grave. »

Pour passer du temps avec ses enfants en menant de front sa vie de femme et de mère, Magaly Siméon a sacralisé les repas. « Souvent on discute, et parfois, on s’engueule, mais en tout cas, les diners sont toujours un moment important, qui dure parfois longtemps et durant lesquels on parle », assure-t-elle.

« Trouver du temps pour moi »

Magaly l’admet, elle s’est parfois laissée déborder par la charge mentale, qu’elle estime encore souvent mal répartie au sein des couples. « La charge mentale, c’est penser dès la rentrée scolaire aux vacances de la Toussaint pour savoir ce que chaque enfant fera. Je connais peu de papas qui ont cette anticipation, ils sont plus souvent dans l’exécution », compare-t-elle.

Aujourd’hui, après les épisodes de confinement, elle veille à rééquilibrer ses vies, en prenant du temps pour elle. Cela passe par une activité sportive par semaine, des moments entre amies, des stages de reconnexion à soi … « J’ai encore pas mal de choses à détricoter, je suis parfois encore très « bonne élève » » confesse-t-elle. Mais aujourd’hui, elle apprend à plus écouter son corps, à plus s’écouter donc. Elle nous livre, avec beaucoup d’analyse, de recul et d’humour, son témoignage.

Bon épisode!

******************************

Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager, vous abonner et surtout à le noter sur votre plate-forme d’écoute préférée, cela nous aiderait beaucoup!

Enfin, si l’équilibre vie pro – vie perso est un sujet qui vous tient à cœur, contactez-nous, via Instagram @vie_au_carre ou notre page Facebook ou Linkedin

A très vite,

Clotilde & Julie

Ne ratez pas un épisode !

Recevez par emails nos actus et toutes les nouveautés

Podcast
Qui sommes-nous ?

Deux voix valent mieux qu’une ! Il y a un an, nous nous sommes lancées dans l’aventure en binôme pour imaginer Vie au carré.

En savoir plus
Où nous écouter, où nous suivre ?